Informations

Créatifs Culturels

Groupe d'informations et de débats ouverts aux créatifs culturels, et toutes celles et ceux intéressés par le concept.

Site Web : http://www.creatifsculturels.fr/
Emplacement : International
Membres : 51
Activité la plus récente : 19 déc. 2011

Deux chercheurs américains affirment, au terme d'une longue enquête, que les pays occidentaux vivent actuellement un important changement de société. D'après eux, des millions de personnes prennent leurs distances, dans leur vie personnelle et sociale, avec la société de consommation. Ouverts aux valeurs de l'écologie, adeptes du développement personnel, soucieux de remettre l'humain au cœur de la société, ceux que le sociologue Paul H. Ray et la psychologue Sherry Ruth Anderson nomment les «Créatifs culturels» pourraient sauver la planète d'une destruction programmée."

Forum de discussion

Be Green Festival

Démarrée par Grandclement-Chaffy Paul 15 juin 2009.

Dvpt Durable : avec ou sans la décroissance ? 4 réponses

Démarrée par Olivier F.. Dernière réponse de Bernard Labat 15 avr. 2009.

Mur de commentaires

Commentaire de Olivier F. le 25 juin 2008 à 10:53
Bonjour David,

Les créatifs culturels ne sont pas des artistes d'un nouveau genre, oh que non !

Les créatifs culturels (traduction la moins mauvaise de l'anglais américain « Cultural Creatives ») est un terme créé par Paul Ray et Sherry Anderson dans leur livre: The Cultural Creatives: How 50 Million People Are Changing the World (Harmony Books, Oct 2000), traduit en français aux éditions Yves Michel, sous le titre: L'émergence des créatifs culturels.
Enquête sur les acteurs d'un changement de société.

Selon cette étude, longue de plusieurs années, entre 20 et 25 % de la population américaine (soit près de 50 millions d'adultes) formeraient un groupe socio-culturel ne se rattachant ni aux conservateurs religieux ni aux modernistes convaincus, c'est-à-dire les deux groupes socio-culturels le plus souvent reconnus aux USA. Les auteurs ont donné à ce groupe le nom de Créatifs Culturels.

Les Créatifs Culturels auraient en commun de favoriser la faible dépendance vis-à-vis des modes de consommation industrialisés, de chercher à favoriser le développement personnel et spirituel, de remettre l’humain au cœur de la société, de refuser les dégradations environnementales, notamment celles induites par l'exploitation des ressources naturelles et de rechercher des solutions nouvelles aux problèmes personnels ou sociaux (par exemple sans fausse antinomie entre convictions et intérêt personnel).

Un autre trait marquant de ce groupe est l'absence, à l'heure actuelle, de conscience de sa propre existence. Autrement dit, la plupart des personnes entrant dans la catégorie des « Créatives Culturels» se croit relativement isolée, et l'estimation de la proportion de population partageant les mêmes convictions, de la part des personnes interrogées dans le groupe, s'étale seulement entre 1 et 5 %.

Selon les auteurs, le phénomène n'est pas propre à une catégorie socio-professionnelle, ni à une ethnie, ni à une tranche d'âge, et la totalité de la population est touchée au même niveau, sauf une très légère prédominance des milieux éduqués/aisés. Ceci est le critère qui a fait dire aux auteurs de l'ouvrage qu'il s'agit bien d'un mouvement de fond, et pas d'une mode passagère, comme l'a été le mouvement des hippies, qui avait touché surtout des jeunes adultes.

Voili voilou, pour la petite explication !

A bientôt.
Commentaire de david coste le 25 juin 2008 à 12:55
Bonjour Olivier,
ma précipitation dans la rédaction de mon premier post et dans la lecture de la description de ce groupe aura au moins permis de repréciser l'origine et les valeurs des CC.

Merci Olivier
Commentaire de Loïc Loisel le 26 juin 2008 à 11:59
Si j'ai tout bien compris, il s'agit d'une philosophie de vie ?
Commentaire de Dominique VALCK le 26 juin 2008 à 22:21
Le concept est très plaisant ... Je suis!
Commentaire de Olivier F. le 30 juin 2008 à 18:24
En réponse à Loïc, c'est une manière intéressante de donner un sens à sa vie...
Commentaire de Olivier F. le 4 juillet 2008 à 15:26
En réponse à Camille, je pense qu'il y a de nombreux réseaux de la sorte. En plus, je citerais aussi "La simplicité volontaire", les "objecteurs de croissance", bref, si l'on regarde bien, il y a de nombreux réseaux, où l'on se retrouve plus ou moins.
Aujourd' hui, je me demande si il ne serait pas judicieux, d'aller ville par ville chercher à rassembler ces diverses sensibilités.
Les personnes, entreprenant une remise en question, afin d'avoir un comportement plus consciencieux vis à vis de la nature, commencent par modifier leur gestes de tout les jours afin d'adopter une démarche plus cohérente avec leur convictions. Très vite, ces personnes se rendent comptent que pour aller plus loin dans leur démarche, elles devraient essayer de se rapprocher de personnes ayant la même démarche (Là, je pense notamment au AMAP...)
En plus de se retrouver entre personnes partageant les même convictions, ces rassemblement donnent de plus en plus naissance à des projets collectifs.
Je pense que l'intérêt de ces réseaux sociaux, est de pouvoir rencontrer des personnes proches de chez soit pour passer à l'action.
De plus aujourd'hui, les personnes désirant avoir un comportements plus consciencieux vis à vis de la nature sont très dispersées. Entre ceux qui veulent sauver les baleines, ceux qui se battent pour le respect des droits de l'homme, ceux qui luttent contre l'étalement urbain, ceux qui, ceux qui, et ceux qui..., on à du mal à se rassembler et avoir un discours commun, et du coup, il est bien difficile de faire poids devant ceux, qui bien moins nombreux que nous, on bien compris qu'ils avaient comme intérêts communs de faire de l' argent, et on compris que si ils ne se rassemblaient pas, et si ils ne nous divisaient pas pour pouvoir mieux reigner, ils ne survivraient pas longtemps.
Qu' est ce qui empêche aujourd'hui les acteurs du développement durable de le faire ?
Villes par villes, puis département par département, puis, au niveau national, puis international.
Ce n'est pas illusoire, ni utopique, juste un peu trop précurseur, mai s c 'est ce qu'il se passera un jour, et certainement plus vite que nous pourrions l'imaginer.
Il suffit de voir l'engouement pour les "Apéros verts", par exemple.
Qu' en pensez vous ?
Commentaire de Dauriac Catherine le 23 juillet 2008 à 12:37
Groupe Facebook
http://www.facebook.com/group.php?gid=8117913190&ref=ts
Commentaire de Dauriac Catherine le 23 juillet 2008 à 12:40
les LOHAS c'est plutôt japonais
chez les US on les appelle des YAWNS
Il faut que je fasse un petit post sur mon blog
http://cityzencats.blogspot.com
Commentaire de Thierry Follain, Texte & Web le 23 novembre 2008 à 10:34
Vos apports intéressants m'amènent à poser la question : "Un groupe qui n'a pas conscience qu'il est existe-t-il ?". (pas plus de deux copies, merci).
Commentaire de Thierry Follain, Texte & Web le 24 novembre 2008 à 22:45
L'étude Goodpurpose, réalisée par une société de RP américaine (et non une ONG acquise à la cause) souligne en effet que de vastes pans de la population des pays développés ou émergent restent attachés aux thèmes durables/sociétaux/solidaires, malgré la crise.

Synthèse et lien sur Terre Natale.

Thierry

Commenter

Vous devez être membre de Créatifs Culturels pour ajouter des commentaires !

 

Membres (51)

 
 
 

© 2014   Créé par Julian Quero.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation